Categories
CREATION AND PROMOTION OF MUSIC

ENSEMBLE LA FENICE AVENIRE
Kristen Witmer
soprano
Jean-Tubéry, Sarah Dubus cornets à bouquin, cornetti muti et flûtes
Sue-Ying Koang, Anaëlle Blanc violons baroques
Jean-Baptiste Valfré violoncelle baroque
Mathieu Valfré clavecin et orgue positif
Ulrik Larsen théorbe

Le phénix – en italien la fenice – est cet oiseau fabuleux de la mythologie qui, après avoir vécu plusieurs siècles, se consume avant de renaître de ses cendres. C’est aussi le nom emprunté par un groupe de musiciens réunis par le chef-cornettiste Jean Tubéry, animés du désir de faire revivre un répertoire et de partager leur passion pour la fastueuse musique vénitienne de l’époque. Le patrimoine musical de l’ensemble s’étend néanmoins à toute l’Europe, sur plus de deux siècles de musique : le cornet à bouquin fut en effet couramment adopté dès le début du XVIe siècle, et ce jusqu’à J.S. Bach. Issus de l’Europe entière, les instrumentistes de la Fenice et leurs partenaires vocaux – les Favoriti de La Fenice – sont des solistes internationalement reconnus. Par le sérieux de son approche musicologique et la personnalité des musiciens qui la composent, La Fenice s’est imposée depuis comme un des ensembles incontournables dans l’interprétation du Seicento.

Après 30 ans dédiés à La Fenice et à l’enseignement, Jean Tubéry se propose de mettre son expérience au service des jeunes musiciens de talent, croisés parmi ses master-classes et académies ainsi que dans les conservatoires régionaux et supérieurs où il enseigne. Ce nouvel ensemble émanant de La Fenice est caractérisé par un titre franco-italien et se nomme La Fenice aVenir(e).

Photo de l'ensemble La Fenice dirigé par Jean Tubéry

Misteri gloriosi

Réciter les prières du Rosaire en l’honneur de la Vierge Marie remonte à un usage courtois du Moyen Âge. La tradition voulait que l’on tresse une couronne ou chapeau de roses à la dame aimée et révérée. Ainsi naquirent les termes de corona en Italie, Rosenkrans dans les pays germaniques catholiques afin de désigner le chapelet ou Rosaire, égrené au fur et à mesure des prières Ave Maria gratia plena et Pater noster. Cette dévotion d’origine médiévale consacrée aux mystères de la Vierge va trouver une résonance particulière à l’époque baroque. En partant des tableaux de cette même époque qui relatent les 5 mystères glorieux, La Fenice a imaginé un programme en 5 parties, avec des œuvres de Frescobaldi, Merula, Cazzati, Cima, Grandi, Florimi et Monteverdi.

Ce programme fait l’objet d’un enregistrement discographique. Et c’est à la Cité de la Voix qu’il se réalise, pendant une semaine !

En résidence
Du 23 au 29 novembre 2020 · La Cité de la Voix (89)

En concert
Le 27 ou 28 novembre 2020
(horaire à préciser) · La Cité de la Voix (89)

Photo : La Fenice © DR