Cité de la Voix 31.01.17 Nicolas Bucher

La vieille année s’en est allée…

Das alte Jahr vergangen ist… Le titre de ce choral luthérien, immortalisé par Bach dans son Petit Livre d’orgue, revient aux lèvres chaque année quand décembre cède sa place à janvier et nous invite subtilement à relire la page précédente au moment d’entamer la page blanche qui s’ouvre à nous.

2016 fut définitivement une étrange année. Nous ne pouvons en oublier la violence : le terrorisme s’installe dans notre pays et dans le monde, les images de guerres et de bombardements à la fois si proches et si lointains nous émeuvent et la cruauté des inégalités de toutes sortes nous bouleversent.
Comment vivre dans ce monde ? Comment se protéger de cette violence sans se durcir ? Comment réussir à vivre avec elle sans se réfugier dans l’indifférence ou le cynisme ? Comment éviter le repli ? Et, surtout, que faire ?…

2016, à Vézelay et en Bourgogne-Franche-Comté, ce fut aussi une multitude d’évènements joyeux, beaux et forts. Un été splendide, durant lequel les Quotidiennes rencontrent un public nombreux et les Rencontres Musicales flamboient par leur dynamisme, leur convivialité et la qualité de leurs concerts. Des Vêpres de Monteverdi (avec l’ensemble la Fenice) à la création de Jean-Baptiste Masson à Dijon, Arsys a vécu de si belles aventures et les centaines d’artistes qui sont venus travailler en résidence sur la colline éternelle ont partagé avec nous et le public des moments tellement intenses.
Que de joie de croiser l’émerveillement et l’émotion dans le regard des enfants, des lycéens et de tous ceux qui viennent, ne serait-ce qu’une fois dans l’année, découvrir l’un des nombreux évènements publics que nous proposons !

Et pourtant, malgré cette joie et ce travail, malgré cette diversité, tout cela peut nous paraître parfois tellement futile ou – osons le dire – tellement inutile, quand on le confronte à l’actualité nationale et internationale. L’équation est bien difficile à résoudre et c’est normal, car il s’agit finalement de rester humain.

Il s’agit de continuer à vivre, à créer, à penser, à inventer, à aimer, à rêver et à se laisser émouvoir mais sans désespérer, sans abandonner, sans se replier, sans s’enfuir, sans égoïsme. Il s’agit de continuer de faire tout ce qui nous permet de rester humain et vivant, de devenir toujours plus humain et toujours plus vivant.
En 2017, je pense qu’il nous faut continuer de croire toujours plus en l’humanité et en l’être humain, celui qui est en nous et celui qui est à côté et en face de nous. Quelle ambition, quel défi vertigineux !

Alors je vous souhaite, je nous souhaite une belle année 2017 !
Qu’elle soit joyeuse, dense, musicale évidemment et terriblement humaine !

D'autres articles pourraient vous intéresser :