jeunes_ensembles
Cité de la Voix 14.09.18 François Delagoutte

Les jeunes ensembles ont de l’avenir… et les Quotidiennes aussi !

Dès mon arrivée sur la colline éternelle, les interrogations sur l’avenir des Quotidiennes n’ont cessé de fleurir.  Au coin d’une rue, à une terrasse de café, on m’interrogeait volontiers sur le devenir de ce rendez-vous estival désormais incontournable.
Rien de moins légitime : nouvelle tête rime forcément avec quelques changements ! Ça coule de source. Ou presque.

D’autant qu’il faut bien avouer que cette « invention » commence à afficher quelques étés au compteur…Le nombre des années suffit-il à forger un jugement définitif ?
Non, mais ces sept années de Quotidiennes donnent déjà quelques indications.

Une semaine bien chargée

Quand on se tourne vers les ensembles accueillis, force est de constater que, dans une unanimité presque soviétique, ils ne tarissent pas d’éloges sur cette semaine aux allures de marathon ! Répétitions, concerts, hors-les-murs, enregistrements, « teasers » vidéo : nul repos au royaume de la voix quand le bruissement des vagues, bien loin de là, séduit généralement massivement en cette saison.

Ils ont choisi de venir à Vézelay après avoir candidaté, avoir été sélectionnés, avec la perspective d’un emploi du temps bien chargé.
Dès leur arrivée, ils découvrent la galerie de portraits disséminés sur les murs de la maison qui fait perdurer le souvenir du passage de leurs prédécesseurs. Les jeunes ensembles ont une histoire ici. Là, sont clouées les traces d’histoires naissantes, plus ou moins entamées, plus ou moins abouties. Certaines ont poursuivi leur chemin avec succès quand d’autres n’ont pas résisté à l’épreuve de l’exigeante vie musicale.
Peu importe.
Tous savent bien qu’ils rejoindront bientôt « ce petit panthéon maison ».

Ce qu’ils savent moins par contre, c’est qu’ils s’installeront durablement dans la mémoire du public, dont la curiosité autant que la fidélité se lisent, d’année en année, à travers les chiffres de fréquentation flatteurs.
Le type de rencontre qui ne se lit pas dans les décimales, mais se vit dans l’expérience.
L’histoire de mon premier été à Vézelay.

Une journée de Quotidiennes, deux ambiances

Cette expérience s’articule en deux temps.

Deux temps, deux atmosphères, deux moments très différents et à la fois complémentaires. Les habitués le savent bien.

Le rituel s’amorce dans la basilique, dans une ambiance quasi-religieuse. Lieu oblige. A peine les quelques centaines de chaises retournées pour le concert, chacun s’installe dans une discrétion quasi-sourde. On consulte attentivement le programme, on attend, on est plutôt bien placé : voilà pour les habitués.
L’instant se fige peu à peu avec en arrière-plan un flux de visiteurs qui ne s’interrompt pas, comme un défilé de regards rivés sur les splendeurs de l’édifice et rapidement projeté dans son immensité, en direction du chœur. Car on vient là avant tout pour visiter, avant de comprendre que quelque chose se prépare.
Certains rodent, d’autres se questionnent. Quand ils hésitent, on prend les devants, programme en main, pour les inviter à s’installer. Tous ou presque acceptent l’idée de cette parenthèse impromptue : on lirait presque sur leur visage un « pourquoi pas, puisque je suis là ».
Qu’ils s’arrêtent ou s’installent à leur tour, les quelques mots de présentation lançant le court concert finit de capter leur attention, avant que les applaudissements feutrés viennent clore un instant décidément trop court. Tout juste le temps de donner rendez-vous quelques dizaines de minutes plus tard à la Cité de la Voix pour le prolonger…

Là-bas, c’est le deuxième acte du rendez-vous quotidien, avec la promesse d’une double ration de musique et d’un autre programme. Chouette !
On retrouve quelques visages, on en accueille beaucoup d’autres.
Ici, on est plus décontractés : shorts, tongs, poussettes et bâtons de randonneurs occupent le mobilier de jardin sorti pour la saison.
Ici, on peut nouer des échanges, dont le temps libre des vacances nous fait grâce, parfois un verre du breuvage vézelien à la main.
Ici, les artistes se prêtent au jeu. Parfois on vient à eux, souvent ils viennent à nous, soucieux de prendre la température avec les quelques initiés présents, ou simplement ceux qui ont envie de dire ce qu’ils ont aimé ou moins aimé, de dresser le podium des ensembles du cru (quand la saison est bien avancée) ou se remémorer le souvenir de certains.

Dans tous les cas, on s’intéresse, on échange dans une bienveillance réciproque.
Avec un désir de découverte toujours intact.

Rendez-vous en 2019

De cette septième saison – une première pour moi – je retiendrai donc que la force de cette rencontre avec le public nourrit autant le travail des jeunes ensembles, qu’il fait le bonheur de toutes celles et ceux qui viennent les découvrir.
Il y aura donc bel et bien une 8e édition des Quotidiennes !

En attendant, vous pourrez retrouver chaque semaine en photos et en vidéos tous les artistes qui ont enchanté notre été à Vézelay, Chassignelles, Brosses, Précy Le Moult, Cravant…
Merci à eux, merci au public !
Et qui sait, peut-être aurons nous la joie de les retrouver dans les mois à venir à la Cité de la Voix.

A l’année prochaine !

D'autres articles pourraient vous intéresser :

  • adélys
    29.10.18

    Adélys donne tout !

    Toute bonne chose a une fin ! Dernier « jeune ensemble » de la saison 2018 et non des moindres : Adélaïde alias Adélys et ses musiciens, Nicolas Morinot et Stéphane Norbert, [...]

    En savoir plus

  • Malakit
    23.10.18

    Malakit : entre eux et nous

    Malakit a ouvert l’été indien en grande pompe ! Derrière des allures ultra chics se cachent des compositions tout à la fois tendres, mélancoliques et décalées. Entre drame et [...]

    En savoir plus

  • Cantoria
    15.10.18

    Cantoría : ¡ Jubiloso !

    Sélectionné dans le programme eeemerging 2018 porté par le CCR d’Ambronay, le jeune ensemble catalan nous a comblé à Vézelay, d’un immense bonheur. Parce qu’avec eux, la musique [...]

    En savoir plus