Rencontres Musicales de Vezelay 24.08.19 Live RMV

Instants de concert : à la découverte du « Requiem allemand » | RMV Live

C’est avec plein de curiosité que je me suis rendue au concert « Un requiem allemand » donné le vendredi 23 par l’Ensemble Aedes et Les Siècles, qui se tenait à la basilique, lieu grandiose tant par son histoire que son architecture.

Arrivée quelques minutes en avance, j’ai constaté que la nef était pleine d’un public impatient de voir les artistes arriver. Au pied de la scène, les musiciens effectuaient les dernières vérifications sur leurs instruments.

21h : la soirée débute. Je vois tout d’abord arriver les membres de l’orchestre. Suivent les choristes et leur chef, et enfin les deux solistes : la soprano Axelle Fanyo, vêtue d’une robe rouge, et le baryton Julien Van Mellaerts.

Après le salut au public s’élève une musique sublime : Mit geschlossenem Mund de Wolfgang Rihm. Chaque ligne vocale s’entend de manière distincte et le tout possède une aura mystique amplifiée avec la résonance du son dans la vaste basilique.

La soprano monte en scène, aucun applaudissement, enchaînement direct avec le Ich bin der Welt abhanden gekommen de Gustav Mahler, chanté par une voix emplie de beauté et de grâce.

Vient ensuite, enchaînée à nouveau, l’œuvre principale de la soirée. Comme pour les deux partitions précédentes, j’entends pour la première fois Ein Deutsches Requiem. Tout au long du concert j’ai été fascinée par le talent et la concentration absolue des artistes, comme par la manière dont les musiciens maniaient leur instrument à la perfection. Bercée par la musique et la gestique fluide et élégante de Mathieu Romano, je me suis mise à rêver – et je me suis aussi posé une question existentielle : celle du transport de la contrebasse et des contraintes qui lui sont inhérentes !

Le concert a été salué par des applaudissements nourris et sincères. Après quelques mots émus au public, Mathieu Romano et son équipe ont offert un bis aussi beau que surprenant : un choral de Brahms entonné a cappella par les choristes et les instrumentistes réunis.

Un regret ? Peut-être de ne pas avoir entendu davantage les superbes voix d’Axelle Fanyo et de Julien Van Mellaerts.

En tant que néophyte en matière de musique classique, ce concert a été une découverte et j’ai été conquise au plus haut point. Il m’a d’ailleurs bien inspirée puisque je chantonnais quelques airs en sortant de la basilique.

 

Julie Legrand

D'autres articles pourraient vous intéresser :