Cité de la Voix | Arsys Bourgogne

Reflets de femmes

solistes d'Arsys en récital

09/12/2017 à 16h00

Vézelay, Cité de la Voix, grande salle

Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

Femme solitaire, femme amoureuse, femme passionnée, femme désespérée… Les plus grands compositeurs (et compositrices !) ont dressé les portraits musicaux de multiples femmes et de LA femme. Les magnifiques Frauenliebe und -leben de Schumann seront entourés d’œuvres de Brahms, Decoust et Saariaho.

Programme (sous réserve de modifications)

  • Johannes Brahms (1833-1897)

    Mädchenlied op.85 n°3
    Vergebliches Ständchen op.86 n°4
    Mädchenlied op.107 n°5
    Von ewiger Liebe op.43 n°1

  • Robert Schumann (1810-1856)

    Frauenliebe und Leben op.42
    I. Seit ich ihn gesehen
    II. Er, der Herrlichste vonn allen
    III. Ich kann's nicht fassen
    IV. Du Ring an meinem Finger
    V. Helft mir, ihr Schwestern
    VI. Süßer Freund, du blickest
    VII. An meinem Herzen
    VIII. Nun hast du mir den ersten Schmerz getan

  • Michel Decoust (1936)

    Extraits de Café-Théâtre
    IV. Plaintes de la tricoteuse
    IX. Complainte de la fileuse

  • Kaija Saariaho (1952)

    Quatre instants
    I. Attente
    II. Douleur
    III. Parfum de l'instant
    IV. Résonances

Distribution

Ellen Giacone, soprano | Mihály Zeke, piano

Durée du programme

1h15

Présentation des artistes

  • Ellen Giacone © Conrad Schmitz

    Ellen Giacone

    D’origine italo-néerlandaise, Ellen Giacone étudie le violon et le piano avant de débuter le chant lyrique, en parallèle d’études de biologie à l’Ecole Normale Supérieure. Après avoir suivi les enseignements de Mary Saint-Palais et Robert Expert, elle obtient en juin 2011 son Diplôme d’Etudes Musicales. En 2016, elle obtient son diplôme de concertiste au CRR de Paris auprès de Fusako Kondo. Lors de sa formation, elle suit des masterclasses d’interprétation baroque auprès de Sara Mingardo et Peter Kooij, ainsi qu’avec des spécialistes du Lied et de la mélodie comme Philippe Biros, Serge Cyferstein, Dalton Baldwin ou encore Anne Le Bozec.

    Elle chante à plusieurs reprises sous la baguette de Ton Koopman et John Eliot Gardiner et collabore comme soliste avec de nombreux ensembles tels que La Fenice, Les Musiciens de Mademoiselle de Guise, Europa Barocca, Ensemble Apollo. Aujourd’hui, elle chante régulièrement au sein de la compagnie La Tempête, l’Ensemble Pygmalion, le chœur accentus, Les Cris et Les Arts Florissants.

    L’étude de la contrebasse lui ouvre aussi les portes du répertoire jazz tant à la basse qu’au chant.

  • Mihály Zeke © Conrad Schmitz

    Mihály Zeke

    Né en 1982 à Londres, Mihály Menelaos Zeke grandit à Budapest puis Athènes, les patries de ses parents musiciens. Il étudie le piano, le violon, le cor et la théorie au sein du Conservatoire d’Athènes ainsi que l’orgue avec Nicolas Kynaston. Après quelques années consacrées à la biologie, il suit les conseils de Helmuth Rilling et commence ses études supérieures à la Musikhochschule de Stuttgart, d’abord en musique sacrée et piano, ensuite en direction. Il travaille l’orgue et la pratique d’exécution historique auprès de Jon Laukvik et la direction de chœur dans la classe de Dieter Kurz.

    Très tôt il est fasciné par la voix et acquiert une expérience précieuse en tant qu’accompagnateur auprès des grands pédagogues comme Júlia Hamari, Dunja Vejzović et Ulrike Sonntag, ainsi qu’au service des ensembles comme la Gächinger Kantorei et le Kammerchor Stuttgart. Les activités en duo avec la soprano Rabea Kramp et le baryton Krešimir Stražanac reste une partie centrale de sa vie musicale et a été salué dans le cadre des concours Paula-Salomon-Lindberg de Berlin (1er Prix) et Hugo-Wolf-Competition de Slovenj Gradec (prix du meilleur pianiste).

    Soutenu par les bourses d’études de la fondation Kyveli-Horn et par la Société des Amis de la Musikhochschule, il continue son perfectionnement auprès de Richard Wien et Denis Rouger. En 2012 il est admis au Dirigentenforum, programme de recherche soutenu par le conseil de musique du ministère allemand de la culture, ce qui lui permet de travailler régulièrement au contact des chœurs des maisons de radio allemandes autour du répertoire a cappella de la Renaissance à nos jours. Plusieurs master classes auprès de Stefan Parkman, Peter Dijkstra, Morten Schuldt-Jensen, Nicole Corti et Jörg-Peter Weigle complètent sa formation.

    En 2012 il forme le chœur de chambre franco-allemand Candides qui emportera le 1er  Prix au Festival Choral de Neuchâtel 2014.

    Mihály prend ses premières fonctions en France au sein de l’Opéra de Dijon et accompagne les artistes lyriques du chœur dans l’appropriation d’un répertoire qui s’étend de l’opéra jusqu’à l’oratorio et les œuvres a cappella. Des projets ponctuels l’amènent entre autres à Londres pour la préparation du chœur lors de la première création scénique mondiale du « Gospel according to the Other Mary », nouvelle œuvre de John Adams, au English National Opera. Il assume aussi une mission pédagogique auprès des étudiants en direction d’ensembles vocaux et instrumentaux, initialement au Conservatoire de Dijon puis au sein de l’Ecole Supérieur  de Musique Bourgogne-Franche-Comté. Il enseigne aujourd’hui la direction de choeur au conservatoire du XIIe arrondissement de Paris.

    En 2015, il est devenu directeur artistique de l’ensemble vocal Arsys Bourgogne. Il mène parallèlement une activité régulière de duo piano-chant, autour du répertoire de Lieder et de mélodies.

D'autres spectacles pourraient vous intéresser :