Cité de la Voix | Arsys Bourgogne

Je ne t’aime pas

solistes d'Arsys en récital

14/10/2017 à 16h00

Vézelay, Cité de la Voix, grande salle

Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

Sarah Breton est une fidèle d’Arsys Bourgogne. Son talent, la chaleur de son timbre de mezzo-soprano et son intelligence musicale font que Pierre Cao, à l’époque, et Mihály Zeke lui confient régulièrement des parties solistes.

Autour de la figure de Kurt Weill, le duo a préparé un programme au titre évocateur… et provocateur !

Distribution

Sarah Breton, mezzo-soprano | Mihály Zeke, piano

Durée du programme

1h15

Présentation des artistes

  • Sarah Breton © DR

    Sarah Breton

    Après une solide formation à l’école Maîtrisienne de la Perverie à Nantes, Sarah Breton obtient un Premier Prix d’orgue au CNR de Tours. Elle est admise en classe de chant au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où elle obtient en 2006 le Diplôme de Formation Supérieure de Chant avec la mention Très Bien. Elle est lauréate de nombreux Concours Nationaux et Internationaux, tels que Mâcon ( Troisième Prix ), Béziers ( Deuxième Prix ), Toulouse ( Deuxième Grand Prix ) et Clermont-Ferrand ( Prix Rossini ).

    Passionnée de musique d’ensemble, elle chante dans des ensembles tels que les Solistes de Lyon (Bernard TETU), les Arts Florissants (William CHRISTIE), l’Ensemble Pierre Robert (Frédéric DESENCLOS), l’Atelier des Musiciens du Louvre (Mirella GIARDELLI), l’Ensemble Stradivaria (Daniel CUILLER), les Folies Françoises (Patrick COHEN-AKENINE), Macadam Ensemble (Etienne FERCHAUD), Sequenza 9.3 (Catherine SIMONPIETRI), l’Ensemble Jacques Moderne et Les Eléments (Joël SUHUBIETTE), Arsys Bourgogne (Pierre CAO et Mihály ZEKE) et musicatreize (Roland HAYRABEDIAN).

     

    Elle aborde très tôt l’oratorio et est sollicitée comme soliste notamment dans le Messie de Haendel avec l’Orchestre de Chambre de Saint-Pétersbourg, la Messe du Couronnement de Mozart avec l’Orchestre Lamoureux, l’Oratorio de Noël de Saint-Saëns avec l’Orchestre d’Auvergne et l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, les Noces de Stravinsky avec l’Orchestre National de Lyon, les Motets de Charpentier avec l’Ensemble Jacques Moderne, le Stabat Mater de Pergolèse avec l’ensemble Stradivaria, le Gloria de Vivaldi avec l’Orchestre National de Lyon et Alessandrini ou encore les Grands Motets de Rameau avec La Fenice et Jean Tubéry.

    A l’Opéra, Sarah Breton chante notamment « Discorde » et « Roxane » dans L’Europe Galante de Campra sous la direction de William Christie à l’opéra royal de Versailles, Reims, Besançon et Bilbao, « Zulma » dans L’Italienne à Alger de Rossini à l’opéra de Massy. A l’opéra de Lyon, elle interprète le rôle-titre dans Cain ou le premier homicide de Scarlatti avec l’Atelier des Musiciens du Louvre ainsi que « Miss Baggott » dans Le petit ramoneur de Britten. Avec le Centre Lyrique d’Auvergne, elle incarne le rôle-titre dans « Orphée » de Gluck à Clermont-Ferrand. Salle Pleyel à Paris, elle chante les rôles de « La Mère, Le Pâtre et La Libellule » dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel avec l’Orchestre National d’Ile de France ( David Levi ). A l’opéra national de Lyon, elle participe à la création mondiale de Terre et Cendres de Jérôme Combier. Elle chante le rôle de la

    « Messagiera » dans l’Orfeo de Monteverdi avec la Fenice et Jean Tubéry à Thonon les Bains et salle Gaveau à Paris le rôle de la « Speranza » pour les 25 ans de l’Ensemble. Au festival off d’Avignon 2015, elle participe au spectacle « Une soirée chez Monsieur Rossini » mis en scène par Jean-Michel Fournereau. Dernièrement on a pu l’entendre dans le rôle d’un témoin dans La Digitale de Juan Pablo Carreno, mise en scène de Sybille Wilson, avec musicatreize au Théâtre de la Criée à Marseille et au teatro Colon de Bogota en Colombie.

    Elle vient d’enregistrer avec l’Ensemble Sit Fast la pièce de George Benjamin « Upon silence », pour mezzo et consort de violes. La sortie de ce disque sera suivie d’une tournée de concert, notamment à Paris, Rouen ou Dunkerque ( 2017-18 ).

    Lire la suite

    Fermer

  • Mihály Zeke © Conrad Schmitz

    Mihály Zeke

    Né en 1982 à Londres, Mihály Menelaos Zeke grandit à Budapest puis Athènes, les patries de ses parents musiciens. Il étudie le piano, le violon, le cor et la théorie au sein du Conservatoire d’Athènes ainsi que l’orgue avec Nicolas Kynaston. Après quelques années consacrées à la biologie, il suit les conseils de Helmuth Rilling et commence ses études supérieures à la Musikhochschule de Stuttgart, d’abord en musique sacrée et piano, ensuite en direction. Il travaille l’orgue et la pratique d’exécution historique auprès de Jon Laukvik et la direction de chœur dans la classe de Dieter Kurz.

    Très tôt il est fasciné par la voix et acquiert une expérience précieuse en tant qu’accompagnateur auprès des grands pédagogues comme Júlia Hamari, Dunja Vejzović et Ulrike Sonntag, ainsi qu’au service des ensembles comme la Gächinger Kantorei et le Kammerchor Stuttgart. Les activités en duo avec la soprano Rabea Kramp et le baryton Krešimir Stražanac reste une partie centrale de sa vie musicale et a été salué dans le cadre des concours Paula-Salomon-Lindberg de Berlin (1er Prix) et Hugo-Wolf-Competition de Slovenj Gradec (prix du meilleur pianiste).

    Soutenu par les bourses d’études de la fondation Kyveli-Horn et par la Société des Amis de la Musikhochschule, il continue son perfectionnement auprès de Richard Wien et Denis Rouger. En 2012 il est admis au Dirigentenforum, programme de recherche soutenu par le conseil de musique du ministère allemand de la culture, ce qui lui permet de travailler régulièrement au contact des chœurs des maisons de radio allemandes autour du répertoire a cappella de la Renaissance à nos jours. Plusieurs master classes auprès de Stefan Parkman, Peter Dijkstra, Morten Schuldt-Jensen, Nicole Corti et Jörg-Peter Weigle complètent sa formation.

    En 2012 il forme le chœur de chambre franco-allemand Candides qui emportera le 1er  Prix au Festival Choral de Neuchâtel 2014.

    Mihály prend ses premières fonctions en France au sein de l’Opéra de Dijon et accompagne les artistes lyriques du chœur dans l’appropriation d’un répertoire qui s’étend de l’opéra jusqu’à l’oratorio et les œuvres a cappella. Des projets ponctuels l’amènent entre autres à Londres pour la préparation du chœur lors de la première création scénique mondiale du « Gospel according to the Other Mary », nouvelle œuvre de John Adams, au English National Opera. Il assume aussi une mission pédagogique auprès des étudiants en direction d’ensembles vocaux et instrumentaux, initialement au Conservatoire de Dijon puis au sein de l’Ecole Supérieur  de Musique Bourgogne-Franche-Comté. Il enseigne aujourd’hui la direction de choeur au conservatoire du XIIe arrondissement de Paris.

    En 2015, il est devenu directeur artistique de l’ensemble vocal Arsys Bourgogne. Il mène parallèlement une activité régulière de duo piano-chant, autour du répertoire de Lieder et de mélodies.

    Lire la suite

    Fermer

D'autres spectacles pourraient vous intéresser :