Rencontres Musicales de Vézelay

François Ier & Charles Quint, ennemis d’état

Morales, Janequin, Desprez...

25/08/2018 à 16h00

Asquins, église Saint-Jacques-le-Majeur

de 8€ à 24€

Billetterie

Pour fêter leurs 40 ans, « les Janequin » nous convient à découvrir des chefs d’œuvre profanes de la Renaissance espagnole et française, mêlant avec malice madrigaux, airs populaires et cantigas. On en redemande !

Programme (sous réserve de modifications)

  • Clément Janequin (c 1485-1558)

    Messe La Bataille, Kyrie

  • Cristobald de Morales (c 1500-1553)

    Sabbato sancto, lectio I

  • Josquin Desprez (c 1440-1521)

    Messe de Beata Virgina, Gloria

  • Claudin de Sermizy (c 1490-1562)

    Salve Regina
    Missa Ad placitum, Credo

  • Cristobald de Morales

    Qui consolabatur

  • Claudin de Sermizy

    Sabbato sancto, lectio I

  • Clément Janequin

    Messe La Bataille, Sanctus

  • Claudin de Sermizy

    Sabbato sancto, lectio III

  • Cristobald de Morales

    Missa L'homme arme, Agnus Dei

Distribution

Ensemble Clément Janequin | Dominique Visse, contre-ténor et direction

Durée du programme

1h15

Vidéo

Présentation des artistes

  • Ensemble Clément Janequin

    Créé à Paris en 1978, l’Ensemble Clément Janequin se consacre en priorité à la musique profane et sacrée de la Renaissance, de Josquin à Monteverdi. Son inimitable interprétation de la chanson parisienne du XVIe siècle a fait redécouvrir un des âges d’Or de l’histoire de la musique française, ses enregistrements Les Cris de Paris, Le Chant des Oyseaulx, Fricassée Parisienne et La Chasse chez harmonia mundi faisant figure de référence. Accessibles à un large public, ces œuvres de Janequin, Sermisy, Bertrand, Costeley, Lassus, Le Jeune… illustrent les contrastes dont la Renaissance est si friande : le lyrisme émouvant des chansons amoureuses et l’humour truculent des chansons rustiques inspirées des contes et farces populaires, bruits de la nature, de la rue ou de la guerre – un véritable rapprochement entre l’art populaire et l’art savant.

    L’Ensemble Clément Janequin donne des concerts à travers le monde. Il s’est produit, entre autres, au Concertgebouw d’Amsterdam, au Wigmore Hall de Londres, à la Cité de la musique à Paris, au Carnegie Hall à New York, au Konzerthaus à Vienne, à de nombreuses reprises au Festival d’Innsbruck, aux Festivals de Musique Ancienne de Boston et York, au Festival Styriarte à Graz, aux Festivals de Bruges et Utrecht et est, en 2007, ensemble en résidence au Laus Polyphoniae à Anvers, festival de référence dans le domaine de la musique ancienne. On le retrouve en tournée en Espagne, au Canada et aux États-Unis, en Belgique, au Festival Cervantino au Mexique et dernièrement au Brésil, à Belo Horizonte et à Rio de Janeiro. L’Ensemble Clément Janequin est régulièrement invité au Japon. En décembre 2008 que l’Ensemble fête ses 30 ans au Théâtre des Abbesses à Paris.

    L’Ensemble Clément Janequin interprète également de la musique contemporaine et propose des programmes allant de la Renaissance à nos jours.

    En 2015, il crée son nouveau spectacle Zanni !, une lecture contemporaine et désopilante des comédies madrigalesques du XVIème siècle dans une mise en scène de Laurent Serrano qu’il joue à Saint-Omer, à Marseille, dans le cadre de Mars en Baroque, au Théâtre de Caen, au Théâtre La Merise à Trappes et à l’Auditorium du Conservatoire de Tourcoing. Il participe au Colloque « Polémique en Chanson » organisé par l’Université d’Angers et de Sorbonne Nouvelle-Paris III à la Bibliothèque Nationale de France et se produit dans les Festivals Concentus Moraviae en Tchéquie, au Thoronet, au Château de Bournazel, à la Via Lattea dans le Tessin, au Château de Fontainebleau et au Palais du Tau à Reims ainsi qu’au Festival Contrepoint 62.

    Ses nombreux enregistrements de musique sacrée et profane de la Renaissance, principalement sur le label harmonia mundi, sont encensés par la critique et remportent de nombreux prix français et internationaux. Son dernier enregistrement « Au sainct Nau » pour le label Alpha est sélectionné dans la liste des Gramophone Awards de l’année 2015.

    http://www.satirino.fr/fr/artists/ensemble-clement-janequin

    Lire la suite

    Fermer

  • © Antonella Spaccini

    Dominique Visse

    On ne présente plus Dominique Visse, son éclectisme musical, sa personnalité hors du commun et sa saison 2017/2018 en est la parfaite illustration, qui le voit chanter à nouveau le rôle d’Arnalta (Le Couronnement de Poppée) au Salzburger Festspiele et  celui de la Nutrice à Angers Nantes Opera , les rôles de Satirino / La Natura / Furia (La Calisto) au Bayerische Staatsoper, Delfa et Eolo (Il Giasone) à l’Opéra Royal de Versailles, diriger les ensembles Café Zimmermann et Aedes pour une tournée de concerts de Noël autour d’oeuvres de Marc-Antoine Charpentier, donner un récital «Midi musical» à L’Opéra national de Bordeaux, ou encore poursuivre son intense activité de chanteur et directeur musical de l’ensemble Clément Janequin.

    Parmi ses récents engagements, citons les rôles de Delfa (Il Giasone) au Grand Théâtre de Genève, de la Vecchia (Orfeo de Rossi) à l’Opéra National de Lorraine, l’Opéra royal de Versailles et à l’Opéra national de Bordeaux (direction Raphaël Pichon), de Rigo (Don Chisciotte in Sierra Morena de Conti) (direction René Jacobs) au Theater an der Wien, à la Cité de la Musique de Paris et à la Philharmonie de Cologne, ou encore David et Jonathas de Charpentier avec l’Atelier lyrique de Tourcoing, mais cette fois comme chef d’orchestre.

    C’est à l’âge de 11 ans que Dominique Visse entre à la Maîtrise de Notre-Dame de Paris. En même temps, il commence des études d’orgue et de flûte qu’il achèvera au Conservatoire national de Versailles. Passionné de musique Médiévale et Renaissance, il rencontre en 1976 le grand pionnier de la voix de haute-contre Alfred Deller et devient son élève. Il travaille également avec Nigel Rogers, René Jacobs et William Christie.

    En 1978, Dominique Visse fonde l’Ensemble Clément Janequin avec lequel il enregistre notamment une série de disques de chansons polyphoniques françaises de la Renaissance chez Harmonia Mundi qui sont devenus de véritables références dans ce répertoire. L’année suivante, il entre aux Arts Florissants en tant que chanteur et transcripteur de l’ensemble. Depuis cette époque, Dominique Visse est devenu l’un des artistes lyriques les plus demandés du milieu de l’opéra Baroque, collaborant avec René Jacobs, Jean-Claude Malgoire, William Christie, Philippe Herreweghe, Ton Koopman, Alan Curtis, Nicholas MacGegan, Christophe Rousset, Robert King, Ivor Bolton, Harry Bicket et Emmanuelle Haïm, Vincent Dumestre … sur les scènes des Opéras de Paris, Berlin, Cologne, Amsterdam, Lausanne, Tel Aviv, Montpellier, Houston, Barcelone, Munich, Versailles, la Monnaie à Bruxelles, au Théâtre du Châtelet et au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, au Royal Opera House à Londres, en tournée au Japon et aux États-Unis… et aux Festivals de Glyndebourne, d’Aix en Provence, d’Innsbruck et d’Edimbourg.

    Parmi les productions les plus mémorables auxquelles il a participé figurent La Calisto de Cavalli, Giulio Cesare (Nireno) et Agrippina, Il Paride de Bontempi avec Christina Pluhar, L’Incoronazione di Poppea ou encore David et Jonathas avec les Arts Florissants au Festival d’Aix-en-Provence, au Festival d’Edimbourg, à l’Opéra comique de Paris, au Théâtre de Caen et à la Brooklyn Academy of Music…

    Mais Dominique Visse ne se limite pas au répertoire Baroque et chante dans Les Brigands d’Offenbach, mis en scène par Jérôme Deschamps, et sous la direction de Charles Dutoit, enregistre pour Decca le rôle de La Marquise dans Le Gendarme incompris de Poulenc. Il interprète le rôle d’Oreste dans La Belle Hélène dans une mise en scène d’Herbert Wernicke au Festival d’Aix en Provence repris au festival de Salzbourg.

    Dominique Visse est également sollicité pour chanter des œuvres contemporaines comme la création de Wonderful Deluxe de Brice Pauset au Grand Théâtre de Luxembourg et à Rotterdam, Outis de Luciano Berio à La Scala de Milan, Perela, l’homme de fumée de Pascal Dusapin à l’Opéra de Paris, La Frontière de Philippe Manoury aux Bouffes du Nord, La Dispute de Benoit Mernier à la Monnaie de Bruxelles, Mare Nostrum de Kagel dans une production de la Péniche Opéra et avec Jean-Claude Malgoire, ou encore la création franco-japonaise Yumé, à la Maison du Japon à Paris, l’Opéra de Reims et au Théâtre Liberté de Toulon. C’est également avec Jean-Claude Malgoire et l’Atelier Lyrique de Tourcoing que Dominique Visse s’est produit dans L’Anfiparnaso et Gianni Schicchi.

    Dominique Visse a enregistré plus d’une centaine de disques, principalement chez Harmonia Mundi. Parmi les plus récents, citons L’Écrit du Cri, avec l’Ensemble Clément Janequin, qui couvre une période allant de la Renaissance à nos jours ; Parole e Querele d’Amore avec Agnès Mellon et son ensemble Barcarole chez le label Zig Zag ; un enregistrement consacré à Dowland, Tunes of Sad Despair, avec le célèbre consort de violes Fretwork et le luthiste Éric Bellocq, chez Satirino records ; Au Sainct Nau chez Alpha ; ou encore, en DVD, David et Jonathas dans la production d’Aix-en-Provence avec les Arts Florissants. Remarquons son dernier enregistrement « 1515, oeuvres sacrées de Jean Mouton, maître de chapelle de François 1er » qui fut  récompensé de l’Orphée d’Or 2015 du meilleur enregistrement de musique sacrée.

    Lire la suite

    Fermer

D'autres spectacles pourraient vous intéresser :