Rencontres Musicales de Vézelay

Bach et l’Italie

Bach, Pergolèse, Vivaldi

25/08/2017 à 16h00

Avallon, collégiale Saint-Lazare

de 8 € à 24 €

Un ensemble en pleine ascension, deux solistes que s’arrachent les plus grands chefs baroques et Bach qui revisite Pergolèse et Vivaldi. Vitalité et émotions en perspective !

Programme (sous réserve de modifications)

  • Jean-Baptiste Pergolèse (1710-1736)

    Salve Regina

  • Antonio Vivaldi (1678-1741)

    Nisi Dominus RV. 608

  • Jean-Sébastien Bach (1685-1750)

    Psaume 51 « Tilge, Höchster, meine Sünden » BWV 1083
    (d’après le Stabat Mater de Pergolas)

Le Banquet Céleste bénéficie du mécénat de la Fondation Orange et du soutien du Ministère de la Culture DRAC, et de la Région Bretagne.

Distribution

Le Banquet Céleste | Maïlys de Villoutreys, soprano | Damien Guillon, contre-ténor et direction

Durée du programme

1h15

Vidéo

Présentation des artistes

  • Le Banquet Céleste

    Le Banquet Céleste est un ensemble de musique ancienne qui réunit un ensemble de musiciens solistes autour de la personnalité musicale de Damien Guillon.

    Depuis sa création en 2009, l’ensemble privilégie un travail exigeant sur le répertoire baroque, basé sur une équipe fidèle de solistes vocaux et instrumentaux rompus aux styles des répertoires abordés.

    Fort de ces principes, Le Banquet Céleste a déjà conquis les publics de plusieurs festivals prestigieux parmi lesquels on peut citer la Salle Gaveau à Paris, les festivals d’Arques-la-Bataille, Les Arts Renaissants de Toulouse, le Festival de musique ancienne de Froville, Saint-Michel-en-Thiérache, le Festival de Sablé, le Festival de Saintes, mais aussi plus récemment en Chine à Pékin et Wuhan, dans des programmes consacrés à John Dowland, Philipp Heinrich Erlebach, Antonio Vivaldi, Leonardo Leo, Nicola Porpora, Giovanni Battista Pergolesi ou Johann Sebastian Bach.

    Le premier disque de l’ensemble consacré aux Cantates BWV 170 et 35 pour alto solo de J.S Bach enregistré avec Grand Orgue, est paru chez Zig-Zag Territoires en 2012. Il a été largement salué par la critique et a reçu les ffff du magazine Télérama, 4 Diapasons, ainsi que les 4 étoiles **** du Magazine Classica.

    Paru en Février 2016, le deuxième enregistrement consacré au Psaume 51 de J.S Bach / G.B Pergolesi a lui aussi été salué par la critique, obtenant **** du Magazine Classica, ffff de Telerama, et 4 Diapasons.

    Parmi les prochains projets du Banquet Céleste, l’on peut citer un programme consacré aux Cantates de J.S. Bach réunissant quatre chanteurs solistes et un orchestre de chambre, la Passion selon St Jean de J.S Bach, l’Oratorio d’A.Caldara Maddalena ai piedi di Cristo, chef d’œuvre de la musique italienne du 18ème siècle.

    Le Banquet Céleste est en résidence à l’Opéra de Rennes.

    Lire la suite

    Fermer

  • Damien Guillon

    Damien Guillon débute son apprentissage musical en 1989 à la Maîtrise de Bretagne dirigée par Jean-Michel Noël. Il y reçoit, dès son plus jeune âge, une formation musicale complète et se produit rapidement comme soprano solo dans de nombreux oratorios baroques, ainsi qu’à l’opéra dans Die Zaüberflöte de Mozart à l’Opéra de Rennes.

    De 1998 à 2001, Damien Guillon étudie au sein de la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles, dirigée par Olivier Schneebeli. Il y perfectionne sa technique vocale et approfondit ses recherches sur l’interprétation de la musique ancienne auprès de professeurs reconnus tels Howard Crook, Jérôme Corréas, Alain Buet, Noëlle Barker.
    En 2004, il est admis au sein de la Schola Cantorum Basiliensis pour y suivre l’enseignement du contre-ténor Andreas Scholl.

    Parallèlement à sa pratique vocale, Damien Guillon étudie l’orgue auprès de Frédéric Desenclos et Véronique Le Guen et obtient les Premiers prix de basse continue et de clavecin au Conservatoire de Boulogne-Billancourt.

    Ses qualités vocales et musicales lui valent d’être régulièrement invité à se produire sous la direction de chefs aussi renommés que Vincent Dumestre, Hervé Niquet, Jérôme Corréas, Philippe Pierlot, Jean-Claude Malgoire, Christophe Rousset, William Christie, et Philippe Herreweghe avec qui il mène une étroite et intense collaboration musicale.

    Il parcourt ainsi un vaste répertoire, des Songs de la Renaissance anglaise aux grands oratorios et opéras de la période baroque : Passion selon Saint Jean, Messe en si mineur, Messes luthériennes, Oratorio de Noël, Cantates pour alto solo de Bach, Messie de Händel, King Arthur et Didon et Enée de Purcell.

    Il a pris part à plusieurs productions scéniques parmi lesquelles on peut citer Athalia de Händel sous la direction de Paul McCreesh à Ambronay, Teseo du même Händel à l’Opéra de Nice, Il Ritorno d’Ulisse de Monteverdi au Théâtre de La Monnaie de Bruxelles sous la direction de Philippe Pierlot ou, plus récemment, Il Sant’Alessio de Landi avec William Christie et Les Arts Florissants, et Giulio Cesare (Tolomeo) au Théâtre de Caen sous la direction de François- Xavier Roth.

    En 2013-2014, il sera Humana Fragilità dans Il Ritorno d’Ulisse de Monteverdi à Baden-Baden et au Théâtre des Champs-Elysées sous la direction d’Emmanuelle Haïm.

    Outre son activité de chanteur, Damien Guillon effectue actuellement ses débuts comme chef d’ensemble : il a été invité à diriger La Maddalena ai piedi di Christo de Caldara avec l’ensemble Les Musiciens du Paradis, le Magnificat de Bach avec l’ensemble Café Zimmermann et le Chœur de chambre de Rouen au Festival d’Arques-la-Bataille, et plus récemment le Collegium Vocale Gent au Festival de Saintes dans un programme de cantates de Bach à l’invitation de Philippe Herreweghe.

    En 2009-2010, on l’a entendu dans la Passion selon saint Matthieu de Bach avec le Collegium Vocale Gent sous la direction de Philippe Herreweghe ; dans le rôle d’Eustazio dans Rinaldo de Händel avec Masaaki Suzuki à Tokyo et au Festival d’Edinburgh ; des motets de Hasse et Zelenka avec le Collegium Marianum au Festival de Sablé et à Prague ; la Messe en si mineur de Bach avec Jordi Savall ; dans le Stabat Mater de Pergolesi avec le Cercle de l’Harmonie au Printemps des Arts de Nantes.

    Il a également dirigé le Nisi Dominus d’Antonio Vivaldi, le Stabat Mater de Pergolesi et des cantates solistes de Bach avec Le Banquet Céleste aux Nuits Musicales d’Uzès, à Sablé, en clôture du Festival de musique sacrée et baroque de Froville et à Strasbourg.
    Pour la saison en cours, DAMIEN GUILLON s’est produit dans un programme de Cantates pour Alto solo de Bach avec Le Cercle de l’Harmonie à l’Opéra de Lille, dans la Passion selon saint Jean à Montréal et au Carnegie Hall de New York avec Les Violons du Roy dirigé par Bernard Labadie. Il a participé à une tournée de la Passion selon saint Matthieu en Europe et aux Etats-Unis avec le Collegium Vocale Gent et Philippe Herreweghe et a rejoint le Chœur Accentus et l’ensemble Café Zimmermann dirigés par Laurence Equilbey pour le Dixit Dominus de Händel et le Gloria deVivaldi.

    Au sein d’une discographie déjà riche pour Harmonia Mundi, Virgin Classics, Alpha, K 617 ou Ricercar, citons les dernières collaborations avec Zig-Zag Territoires. Un premier disque-récital consacré à John Dowland aux côtés du luthiste Eric Bellocq a été largement salué par la critique, recevant notamment le Prix Alfred Deller de l’Académie du Disque Lyrique. Plus récemment, le premier disque de son ensemble Le Banquet Céleste consacré aux Cantates pour Alto solo de Bach (avec utilisation d’un orgue de tribune) a lui aussi été remarqué par la critique et a reçu les fff du magazine Telerama, 4 Diapasons, ainsi que les 4 étoiles **** du Magazine Classica.

    Lire la suite

    Fermer

D'autres spectacles pourraient vous intéresser :